La capacité d’emprunt est un élément important que prennent en considération les banques lors de l’accord d’un prêt pour un logement. Ainsi pourront-t-elles décider si le montant demandé par l’emprunteur s’inscrit dans son budget. Heureusement, malgré une situation financière non reluisante, il est possible de tirer un meilleur parti lors d’un prêt immobilier. Trouvez ici quelques mesures que vous pouvez prendre pour augmenter votre capacité d’emprunt.

Acheter à crédit est vu de mauvais œil pour le dossier de prêt immobilier

Les produits et services à crédit sont disponibles dans la plupart des magasins aujourd’hui. Ils sont faciles à utiliser et peuvent être considérés comme un excellent moyen de gérer les flux de trésorerie. Cependant, ce que beaucoup de gens ne comprennent pas, c’est l’effet qu’ils font lors de la demande d’un prêt immobilier.

En réalité, ces transactions apparaissent lors d’une vérification de solvabilité. Elles ont alors un effet similaire à celui des cartes de crédit à limites élevées. Pour augmenter sa capacité d’emprunt, il faut donc s’assurer de rembourser toutes ces dettes avant de demander un prêt.

Aussi, même si vous ne devez rien sur votre carte de crédit, votre limite sera toujours considérée comme une dette potentielle lorsque les prêteurs évalueront votre situation. En tant qu’emprunteur, réduire vos limites de crédit, vous rendra beaucoup plus intéressant pour le prêteur. Car, il y trouvera moins de lignes de crédit sur votre fiche.

Un emploi stable, un critère essentiel pour obtenir facilement un prêt

Le fait d’être indépendant ou entrepreneur peut être considéré comme un risque par certaines institutions. Si vous êtes dans un nouvel emploi et encore en période d’essai, cela peut également affecter votre profil financier. C’est pourquoi il est préférable de demander le prêt lorsque la période d’essai est terminée. Ainsi pouvez-vous démontrer un flux de revenus constant et stable.

Un apport personnel, un élément pour rassurer les banquiers

L’apport personnel est la somme dont le demandeur de crédit dispose lui-même pour financer son projet immobilier. Même s’il est toujours possible d’acheter sans apport dans certains cas mais les recommandations du HCSF et la crise sanitaire incitent les institutions prêteuses à exiger un apport personnel minimum s’élevant à 10% du montant demandé.

Or, un apport personnel plus important est synonyme d’une diminution de la somme à emprunter, du montant des mensualités et de la durée de remboursement. Ce qui libère donc d’une exigence trop regardante envers la solvabilité du client. Il faut donc miser sur un apport personnel supérieur aux 10% réglementaires. Dans ce sens, voici quelques astuces pour regrouper une somme beaucoup plus importante :

  • Débloquer son épargne salariale ;
  • Débloquer son PEL ;
  • Débloquer son assurance vie ;
  • Faire appel à un prêt familial.

Maîtriser vos dépenses

Avant d’acheter une maison, il est important d’établir un budget et d’économiser de l’argent. Et cela non seulement pour constituer un apport personnel important, mais aussi pour rassurer le prêteur sur ses habitudes de dépenses. À cet effet, il faut réduire ces dernières, car personne n’a envie de prêter à un mauvais gestionnaire de fonds.

Pour emprunter de l’argent, le prêteur demandera à voir les relevés bancaires. Et s’il y a un montant considérable de dépenses inutiles, d’office, cela affecte la capacité de remboursement. Les institutions veulent voir que l’emprunteur fait preuve d’habitudes responsables avant de lui faire confiance.